Home
GIP-experts
méthodologie
équipe
bibliographie
liens
M. L. / Contact
 


La recherche est menée par Jérôme Pélisse, directeur scientifique du projet.

Le reste de l’équipe est composée de :

  • Emmanuel Charrier
  • Caroline Protais
  • Keltoume Larchet



Jérôme Pélisse est aujourd'hui Maître de conférences en sociologie (section 19) à l’Université de Versailles Saint-Quentin, Directeur du Laboratoire Printemps. Il a conduit la recherche en étant MdC à l'Université de Reims,rattaché au laboratoire Analyse et Evaluation des Professionnalisations (AEP, EA 3313, Reims), puis chercheur au laboratoire Institutions et Dynamiques Historiques de l’Economie (IDHE Cachan, UMR 8533 du CNRS), auquel il était jusque-là associé. Dans le cadre d’une formation à l’Ecole Normale Supérieure de Cachan et à l’Université Paris X Nanterre, Jérôme Pélisse a obtenu l’agrégation de Sciences Economiques et Sociales, puis un DEA en sociologie. Il a réalisé son doctorat à l’Université de Marne la Vallée après avoir travaillé durant trois années (1998-2001) au Centre d’Etudes de l’Emploi (CEE, établissement public administratif rattachée au Ministère de l’Emploi et au Ministère de la recherche).

Il est l’auteur d’une thèse de doctorat qui s’est déroulée conjointement au CEE et au LATTS (Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés, unité mixte de recherche du CNRS, de l’Ecole des Ponts et Chaussées et de l’Université de Marne la Vallée). Soutenue en 2004 devant un jury composé de J. Commaille (président du jury), G. Groux, A. Jobert, M. Lallement et Y. Lichtenberger (directeur), elle a porté sur les politiques de réduction du temps de travail (Pélisse, 2004). C’est dans ce cadre qu’il a rencontré une première fois la question de l’expertise en s’intéressant aux rôles de divers professionnels du droit dans les processus de réduction du temps de travail : consultants, inspecteurs du travail (Pélisse, 2004) et avocats (Pélisse, 2005-a) notamment.

Jérôme Pélisse a ensuite été responsable de deux études scientifiques : l’une s’est déroulée au CEE dans le cadre d’un marché avec l’ANPE (2004-2005) et a porté sur les trajectoires de bénéficiaires de mesures dans le domaine de l’insertion par l’activité économique. La seconde, en voie d’achèvement à l’été 2007, est menée en co-direction avec Jean Michel Denis (Université de Marne la Vallée, CEE) pour la Direction de l’Animation, de la Recherche, des Etudes et des Statistiques (DARES) du Ministère de l’Emploi. Regroupant cinq chercheurs, elle porte sur les évolutions de la conflictualité en entreprise et comporte un volant quantitatif (exploitation de l’enquête REPONSE) et un volet qualitatif (réalisation de monographies).

Chargé d’un séminaire de Master 2 Recherche à l’Université de Reims depuis 2005 sur l’expertise, Jérôme Pélisse rencontre une seconde fois ces questions. Investi également en sociologie du droit via ses travaux de recherche (Pélisse, 2005-b, 2007), ou son rôle de webmaster du Réseau Thématique de Sociologie du droit et de la justice de l’Association française de sociologie (voir  http://www.melissa.ens-cachan.fr/ rubrique « hébergement »), c’est à ce titre qu’il assure la responsabilité de la recherche.



Emmanuel Charrier est expert-comptable, commissaire aux comptes, associé d'un cabinet parisien. Il est Professeur-associé en sciences de gestion (PAST) à l’Université Paris-Dauphine. Il assure divers enseignements (normalisation internationale, fraude et gouvernance) et participe à plusieurs recherches en cours dans cette Université.  

Il mène parallèlement une recherche doctorale au sein du CREFIGE, Centre de Recherche Européen en Finance et Gestion (EA 1583), laboratoire de DRM – Dauphine Recherche en Management (UMR 7088 du CNRS). Sa thèse en sciences de gestion porte sur l’intermédiation qu’assurent les experts judiciaires du « chiffre » entre monde économique et monde judiciaire. Cette recherche, menée selon une approche de type socio-historique et ethnographique, puise à une comparaison internationale entre les pratiques françaises et canadiennes dans la perspective particulière du gouvernement d’entreprise. La thèse est dirigée par le Professeur Bernard Colasse, de l’Université Paris-Dauphine. Le Professeur Réal Labelle, de l’Université de Montréal (HEC), est l’interlocuteur pour l’Amérique du Nord.

Emmanuel Charrier a par ailleurs une double formation en droit et en gestion, couronnée par un DEA en Droit des affaires délivré par l’Université Paris X puis un DEA en Sciences de gestion délivré par l’Université Paris IX. Il est également diplômé d’expertise comptable. Cette formation a contribué à sa découverte de l'expertise judiciaire et l'a incité à approfondir le sujet dans un cadre universitaire.

Plusieurs aspects de ses travaux sur l’expertise ont été présentés lors de colloques internationaux (HEC Montréal & CRSH Canada, « Gouvernance et juricomptabilité : les enjeux », 2004 ; Rencontres internationales de Cerisy : « Intelligence de la complexité, épistémologie et pragmatique », 2005). Par ailleurs, il a publié une analyse des représentations sociales à partir de l’étude des publications collectives des experts comptables judiciaires (2005, 2007). Il a également conduit une analyse historique de l'expertise comptable judiciaire depuis le Code de commerce, étude publiée dans les Actes du Bicentenaire du Code de commerce organisé par la Conférence des Tribunaux de commerce, ouvrage paru en décembre 2007 chez Dalloz.

Postérieurement à la recherche il est devenu expert près la Cour d'appel de Paris et participe aux travaux du Conseil national des compagnies d'experts de justice.



Caroline Protais est docteur en sociologie (2011). Elle travaille sur l’appréhension de la responsabilité pénale des malades mentaux à travers le temps, mis en lien avec l’évolution de la psychiatrie depuis le mouvement désaliéniste des années 50. Elle a réalisé son doctorat à l’EHESS, sous la direction de N. Dodier.

Caroline Protais a auparavant obtenu un DEA de sociologie et philosophie du droit et de la connaissance par l’Université Paris IV Sorbonne ; après une licence en sociologie et ethnologie préparée à l’Université Paris V Descartes.

Son intérêt croisé pour une sociologie du monde judiciaire et une sociologie des sciences et de la connaissance est repérable depuis ses premiers travaux de recherche. Son mémoire de maîtrise proposait notamment une étude des représentations sexuées à l’œuvre lors du processus décisionnel d’un jury d’assise, étude prolongé au sein d’un travail de DEA ayant pour ambition de poser les bases d’une « sociologie de la discussion ». Son intérêt pour l’expertise psychiatrique date de son mémoire principal de DEA qui lui permit de finaliser une problématique centrée autour du questionnement de l’évolution d’une pratique prônant depuis une trentaine d’années la responsabilisation d’une certaine catégorie de malades mentaux criminels qui resterait à être définie. L’abord de ce questionnement se voulait détaché d’une sociologie critique abordant traditionnellement le sujet depuis M. Foucault, tout en endossant une perspective pluraliste au sein de la nouvelle sociologie des pratiques scientifiques. 

Son terrain de thèse effectué sur 8 mois entre les archives de la cour d’appel de Versailles et la prison de Château Thierry lui donne une expérience approfondie de la pratique psychiatrique expertale  ainsi qu’une première approche des liens tissés entre experts et magistrats auprès desquels elle a déjà mené une quinzaine d’entretiens.

  • Participation à un colloque le 7 février 2007 à un colloque organisé par l’association APCOF : « L’expertise passée au crible ».
  • Participation aux journées ENAP du 4 octobre 2007 intitulé « Le responsabilisation des malades mentaux : approche psychiatrique des détenus de Château Thierry »
  • Parution 2008 : « L’affaire d’Outreau : attentes normatives et capacités de réponses, au cœur du réajustement du rapport juge / expert » dans Droit de Culture.



Keltoume Larchet est allocataire à l'ENS Cachan et monitrice à l'université de Reims Champagne Ardennes. Elle réalise un doctorat de sociologie sous la direction de Pierre-Paul Zalio, en co-direction avec J. Pelisse, au laboratoire Institutions et Dynamiques Historiques de l'Economie (IDHE) de l'ENS-Cachan.
Cette thèse porte sur le marché des prestations linguistiques : la traduction , l'interprétariat et les experts interprètes traducteurs. Keltoume Larchet poursuit ainsi ses recherches sur les professions de la sphère judiciaire, après avoir travaillé sur les huissiers dans le cadre de son M1, puis sur les experts judiciaires interprètes-traducteurs dans le cadre de son M2.



Pélisse J. (2007), « Les usages syndicaux du droit et de la justice » in J. Commaille, M. Kaluzynski, La fonction politique de la justice, La Découverte.

Pélisse J., (2005a) «  Experts du droit et faussaires du temps de travail ? Les avocats et les 35 heures », Histoire et sociétés, revue européenne d’histoire sociale n° 16, octobre

Pélisse J. (2005b), « A-t-on conscience du droit ? Autour des Legal Consciousness Studies », Genèses n°59, octobre.

Pélisse J. (2004), « Inspecteurs et jeux d’acteurs : les avatars du contrôle du temps de travail depuis les années 70 » in Le Crom J.P. (dir.), Les acteurs dans l’histoire du droit du travail, Presses Universitaires de Rennes.

Pélisse J. (2004), A la recherche du temps gagné. Sens et usages sociaux des règles autour des 35 heures, thèse de sociologie, Université de Marne la Vallée, décembre.

Charrier E. (2007b), « De la reddition des comptes à l'appréciation de la gouvernance. L'intervention judiciaire des comptables au service du Code de commerce depuis 1807 » in Association du Bicentenaire, « Bicentenaire du Code de commerce 1807 - 2007. Les actes des colloques», Dalloz, 135-153.

Charrier E. (2007a), « l’expert-comptable judiciaire, un intermédiaire » in Gasnault F. (dir.), « Justice et Justiciables en France, regards et représentations », Telemme et AFHJ, IEME, 135-150

Charrier E. (2005), « L’expert comptable judiciaire, un pair de la cour ? », in Degos J.G. (dir.), « l’entreprise, le chiffre et le droit. Itinéraires parallèles, itinéraires croisés », Université Bordeaux IV-Crecci, AFC et CROEC, 2005, 133-156

  Top